lundi 12 septembre 2011

Conférence à l'UQÀM 22 septembre 12h30 à 14h

Vous êtes cordialement invités à la conférence que je donnerai le jeudi 22 septembre à l'Institut de recherches et d'études féministes de l'UQÀM. 

Cette conférence a pour thème "En avoir ou pas ? Le choix de ne pas avoir d'enfant". Je parlerai entre autres de mon documentaire et du mouvement childfree. Vous pourrez d'ailleurs voir EN PRIMEUR un extrait de mon documentaire Maman ? Non merci ! et acheter d'avance, en personne, le DVD de mon film pour m'aider à terminer le montage du documentaire. 


Infos pratiques :
Date : Jeudi 22 septembre
Heure : 12 h 30 à 14 h
Lieu : Pavillon Hubert-Aquin de l'UQÀM, local A-3316
Adresse : 400, rue Sainte-Catherine Est, Métro Berri-UQAM
Coût? C'est gratuit. 

Il me fera plaisir de vous rencontrer et de discuter avec vous :) C'est donc un rendez-vous à ne pas manquer!

lundi 5 septembre 2011

Ne pas aimer les enfants des autres

Ça se dit rarement en société. Surtout en tant que parent. Ou en tant que non-parents, quand on y pense. Combien de fois avez-vous entendu: "Mais tu peux pas savoir, toi, t'as pas d'enfant" ou "tu ne peux pas juger la manière dont j'éduque mon enfant, tu en as pas, toi!" Peut-être, mais faudrait pas exagérer non plus.

En tant que childfree, les gens nous prennent souvent pour des anti-enfant, ce qui dans mon cas n'est pas toute la vérité, mais une partie de vérité. Je viens d'une famille particulière. Ma mère n'aime pas les enfants. Elle m'a adorée moi, mais elle continue de le dire: "Je n'aime pas les enfants des autres." Et telle mère, telle fille...

N'ayant pas d'enfant moi-même, je n'ose pas dire que je n'aime pas les enfants. Ce ne serait pas vrai. Mais ceux décrits avec brio par Lorraine Devon Wilke dans son article anglais "I Don't Love Your Kid" sont exactement ceux qui me rappellent à quel point je n'ai pas envie de vivre ça quotidiennement.
"I don't love your kid.
You know the one: 
That kid who's allowed to chase his brother around the grocery store while screaming bloody murder and knocking over chip racks and those geriatric gals with the walkers. 
That kid who's having a prolonged hissy fit in a fine dining establishment, ignored by parents who believe she needs to "work it out herself" rather than intervene for the sake of ambiance, fellow diners and the sanity of the wait staff. 
That kid who gleefully dances in bare feet atop the lobby coffee table of a chi-chi country club while her parents assault passersby with those "Isn't she cute?" grins. No, she isn't. Get her off the table and into some shoes. 
That kid who is the white-hot flaming center of every conversation with parents who extol each talent, skill, accomplishment, latest funny thing, every breath they take as if history is being made. He/she's swell, but how about we refocus on the visiting lecturer we invited to this shindig?"

J'en reviens toujours à dire que moi, ce n'est pas l'enfant que je n'aime pas, mais ses parents. Parce qu'un enfant, ça ne sait pas ce que ça fait. Ça crie, ça pleure, ça remue beaucoup. C'est normal, c'est une étape de son développement. Par contre, les parents eux, sont des adultes qui devraient savoir que tout n'est pas permis à tout moment.
Je vais écrire un guide, je crois, sur ce que les parents peuvent faire pour les aider à garder leurs amis non-parents sans les rendre complètement fous. Voilà. C'est le projet que je me donne dans les prochaines semaines! Voyons voir si je m'attire les foudres des parents ou si quelques uns comprendront mon point de vue.

samedi 3 septembre 2011

Être fier de sa famille

Depuis quelques années,  j'observe une nouvelle mode sur les voitures nord-américaines : les auto-collants à l'effigie des membres de la famille.

Plein d'autos affichent fièrement 2 parents, plusieurs enfants, un chien, etc.

Exemples :



Et j'ai découvert ceci aujourd'hui qui m'a bien fait rire.

(Cliquez sur le lien d'origine pour voir tous les détails : http://xkcd.com/946/)

Comme quoi, je ne suis pas la seule à rouler des yeux lorsque je vois ces excès de vanité. Parce qu'il faut le dire, je n'ai jamais vu une voiture où ces autocollants montraient un couple... il y a toujours des enfants. Comme quoi, c'est ce qui est en train de remplacer le fameux "Attention, bébé à bord" comme moyen de se vanter d'avoir une famille. Et vous connaissez tous mes sentiments quant à l'inutilité de ce petit triangle jaune.

jeudi 1 septembre 2011

Le montage de Maman? Non merci! commence aujourd'hui!

Le grand jour est enfin arrivé. Maman? Non merci! commence la longue et coûteuse étape du montage! C'est grâce à vous tous que j'ai pu me rendre jusqu'ici. J'ai eu la chance de rencontrer des gens formidables dans le cadre de mes tournages (qui d'ailleurs ne sont pas tout à fait terminés et devraient se poursuivre au mois de septembre et octobre).

Mais j'ai encore besoin de vous. L'argent recueilli à ce jour n'est pas assez pour que je puisse payer convenablement les gens qui travaillent avec moi. Il est important pour moi de rémunérer mes collaborateurs en guise de remerciment pour tous leurs efforts. Je ne me verse absolument aucun salaire pour ce film. Là, n'est pas mon intention. Je crois tellement en ce projet que ma contribution personnelle est en temps et en argent. Malheureusement, je n'ai pas 15 000$ dans mon compte bancaire, somme nécessaire pour défrayer les coûts des salles de montage-mixage, la musique pour mon film, le graphisme pour l'affiche, l'impression de DVDs, l'envoi en festivals, etc.

Alors il n'est pas trop tard pour acheter le DVD de Maman? Non merci! en prévente pour seulement 25$. Je vous enverrai une copie du film à sa sortie prévue à l'hiver 2012. Vous pouvez également donner plus. Tout don de 50$ se mérite également une paire de billets pour la représentation de votre choix de mon film. Et toute personne ayant donné 100$ ou plus verra son nom apparaître au générique du film.

Pour donner, c'est simple: Il y a Paypal (c'est sécuritaire et rapide) ou si vous préférez ne pas envoyer d'argent par Internet, écrivez-moi et je vous donnerai mon adresse postale.

Merci beaucoup d'avoir cru en moi et de m'avoir fait tous ces dons. Mais il reste encore beaucoup de travail avant que le film voie le jour.